Geotium

06 juillet 2014

La biovariadissetat à la calandreta 'La Garriga"

Mardi 18 février, Geotium était à l’école. Mais pas dans n’importe quelle école !

occitanie

Dans une calandreta. Une calandreta est une école bilingue. Ou plutôt non. Puisqu’on y parle qu’une seule langue : l’occitan. C’est donc une école comme les autres. Pourtant, iIntramuros, les élèves de la calandreta sont immergés dans un univers linguistique différent. Les enseignants et même les assistants d’éducation ne parlent aux élèves qu’en occitan. Car il ne s’agit pas d’apprendre l’occitan, mais d’apprendre en occitan.

Aucun regret ou passéisme nostalgique à la calandreta : apprendre une langue, c’est ouvrir une porte sur un peuple, une culture, un environnement. C'est pourquoi "La Garriga" enseigne aux enfants à connaître et respecter leur environnement. La nature qui les entoure et la langue qui la nomme ont la même histoire : celle des gens qui habite ici et maintenant.

Geotium a donc participé à une journée sur la biodiversité organisée par la calandreta « La Garriga » de Gignac. Toute la journée, les enfants ont participé à 6 ateliers différents. Nous proposions une animation axée autour de l’imbrication des êtres vivants par l’intermédiaire des chaînes alimentaires. Ce que certains nomment la cruelle réalité de la nature est en réalité un lien qui relie tous les êtres vivants et les rend interdépendants. La même histoire les relie : celle de la vie dans toute sa diversité.

 

En effet, que deviendrait l’aigle sans le lapin ? Et point de lapin sans herbe. Mais pas d’herbe sans mouton. Car, sans les moutons qui paissent nos garrigues, celles-ci se referment, happées par la forêt envahissante. Pour survivre, l'herbe a donc besoin du mouton qui pourtant la mange... Mais on ne voit jamais de moutons sans berger.

Donc, résumons : l’aigle a besoin du lapin qui a besoin d’herbe qui a besoin du mouton qui a besoin du berger qui a besoin de … Au fait, de quoi a besoin le berger ? De pouvoir vivre décemment de son activité, je suppose. Mais là s’arrêtent les chaînes alimentaires et commencent les subtilités de l’économie et les arcanes de la politique. Comme Geotium ne s’occupe que d’écologie. On s'arrête là.

Retournons donc à l'école...

calandreta montre plaq

 

 

 

 

Avec l'aide de l'animatrice de Géotium, les élèves ont fait connaissance avec la faune et la flore locales.

 

 

 

 

 

 

 

calandreta chaine alim plaq

 

 

 

Ils ont pu ainsi former des chaînes alimentaires avec les plantes et animaux de la région.

Des fleurs aux décommposeurs, en passant par les carnivores et les coprophages, les enfants ont pu constater l'utilité de chaque être vivant.

 

Puis, ils ont placé les plantes et les animaux dans leurs écosystèmes respectifs.

 

 

 

 

 

 Puis, ils ont placé les plantes et les animaux dans leurs écosystèmes respectifs.

calendreta flèches

 

Ensuite, ils ont tracé des flèches entre tous les écosystèmes concernés par les relations proies/prédateurs.

calandreta fin

 

Pour finir, les enfants ont constaté l'interdépendance de tous les êtres vivants et donc l'interaction permanente de tous les écosystèmes.

 

Ainsi, de l’aigle au berger, chaque habitant trouve sa place, sa raison de vivre et de mourir au sein de la biodiversité locale.

Donner aux enfants les outils pour qu'ils puissent trouver leur place, ici ou ailleurs. En voilà un bel objectif pour une école.... et pour une société toute entière.

 

 

Posté par geotium à 06:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


01 juillet 2014

Au bonheur des jardins et des jardiniers

Dimanche 4 mai, l'association "Vivre à Aniane" organisait son traditionnel et bisannuel "Bohneur des jardins".

C'est donc sous le signe du bonheur que s'est décliné le jardinage, ce jour-là.

Mais un jardin n'est rien sans un jardinier, c'est à dire un style de jardinage : et il existe autant de façon de jardiner que de jardiniers. C'est pourquoi, de temps en temps, il est bon de réunir tous les apprentis jardiniers et autres professionnels de la binette ou amateurs de la grelinette. Comme ça, chacun peut confronter ses pratiques à celles des autres et les défendre avec forces arguments, ou au contraire, se rassurer en constatant que ses façons de faire concordent avec celles de ses pairs ( se tromper "comme les autres" est très rassurant pour son ego).

P1510102Geotium était là, avec sa maquette et un nouveau jeu conçu spécialement pour cette édition 2014 placée sous le signe de la terre. Le public avait pour mission de recréeer la biodiversité locale en partant du tout début : c'est à dire de la création du sol, base de l'implantation des végétaux, eux-mêmes situés en amont de toutes les chaînes alimentaires.

P1510101Le Stand de Geotium avec sa nouvelle banderolle peinte par notre artiste (et néanmoins jardinier) maison, Gabriel.

P1510099Le jeu commence avec la fabrication du sol. La grande question de départ est celle-ci : comment se crée un sol, c'est à dire, d'où vient la terre qui nourrit les plantes du jardin et d'ailleurs ?

P1510113D'abord des roches....

P1510129... qui sous l'action du soleil...

P1510127... et de la pluie...

P1510109... se désagrègent, se délitent et s'effritent jusqu'à former un substrat meuble.

P1510116Deuxième intervenant dans la création d'un sol : la vie. Sous la forme d'une litière. En gros, si les roches forment le matelas du sol, la litière représente la couverture -ou les draps en fonction de son épaisseur.

P1510160Cette litière est composée de matière organique : animaux et plantes morts rendent ainsi au sol qui les a nourrit de leur vivant de quoi alimenter les générations suivantes.

P1510122Entrent alors en scène les petits ouvriers du sol : ces bestioles minuscules qui transforment patiemment toute cette matière organique en matière minérale assimilable par les plantes. Ce sont les saprophages...

P1510124... les nécrophages...

P1510126... et les coprophages. Qu'ils se délectent de crottes fumantes, de cadavres faisandés ou de fleurs fanées, ce sont eux qui permettent le recyclage de la matière organique en un bon humus appétissant pour nos fleurs et nos légumes. Bravo à ces humbles et timides travailleurs du sol sans lesquelles le sol ne serait que de la roche et tout jardin un rêve irréalisable.

P1510118Pour mélanger le tout (la roche meuble et la litière transformée en humus), les animaux fouisseurs sont là. Grâce aux sangliers que maudit le jardinier et à la taupe que pourchasse tout propriétaire d'un gazon, les ingrédients du sol se mélangent aussi surement que la farine et la levure dans le pétrin d'un boulanger.

P1510159La taupe : un travailleur du sol efficace -bien qu'inconscient- que tout jardinier devrait vénérer.

P1510108Sur la stand, les enfants reproduisent toutes ces étapes en cassant des cailloux puis en mélangeant l'humus et les roches sableuses juqu'à obtenir un sol qui ferait envie au plus blasé des jardiniers.

P1510106Une dizaine de roches sont proposées. Plutôt que choisir, pourquoi ne pas tout mélanger ?

P1510111Une pincée de sable dolomitique, un rien d'alluvions, une cuillerée de marne, un soupçon de sable granitique, un chouilla d'argile et il ne reste plus qu'à rajouter délicatement l'humus et faire la taupe : on touille et retouille le mélange jusqu'à ce qu'il soit bien homogène.

P1510131Le berceau attend le sol, source de toute forme de vie sur Terre.

P1510134Il ne reste plus qu'à jeter une poignée de graines dans le berceau et la biodiversité peut alors envahir la terre et la Terre.

P1510103Ensuite, chaque participant remonte la chaîne alimentaire en ajoutant les plantes et les herbivores,

P1510136et en choisissant les insectivores et les carnibvores.

P1510139... Une fois la châine terminée, chaque plante et chaque animal rejoint son lieu de vie sur la maquette.

P1510140La grenouille plonge dans la lavogne.

P1510145L'écureuil rejoint sa forêt.

P1510166L'aigle s'envole vers la falaise.

P1510167Et le jardinier retourne dans son jardin.

P1510171Tandis que le héron niche au bord de la rivière.

P1510144Pas facile de placer la genette. Mais où peut bien vivre cet animal nocturne et donc invisible aux animaux diurnes que nous sommes ?

P1510137Petit à petit la biodiversité envahit la terre.

P1510138Tous les écosystèmes se remplissent de vie.

P1510143Et chacun sait maintenant que la biodiversité et la terre sont intimement liées. Le sol ne se crée que grâce à l'apport de la litière formée des êtres vivants morts et les êtres vivants n'existent que parce que ce sol nourrit les plantes, bases de toutes les chaînes alimentaires dont nous faisons partie.

La boucle est bouclée à condition que les roches, la litière et les animaux recycleurs et fouisseurs du sol puissent faire leur travail. Si la pollution bloque un seul de ces acteurs, les jardiniers pourraient alors manquer de sol.  Dans ce cas, plus de bonheur des jardins et encore moins de jardiniers heureux !

P1510120Pensez à ça la prochaine fois qu'une douce litère ou qu'un tendre gazon accueillera votre pique-nique bucolique et ne laissez rien derrière vous sinon le souvenir d'une belle journée à refaire.

 

 

 

24 juin 2014

Le jardin de l'école de St Laurent le minier, chapîtres 13 et 14

Aujourd'hui est la dernière journée de jardinage pour les enfants de l'école de St Laurent le minier. Mais aucune tristesse. Au contraire, l'effervescence règne dans le jardin. IL est presque terminé. Mais pas encore. Et la fête a lieu mardi prochain ! Les enfants vont donc devoir travailler avec ardeur durant cette journée de clôture. Aujourd'hui sera la journée des finitions : finir le panneau avec le nom du jardin, placer l'hôtel à insectes dans le jardin, décorer la spirale, écrire la chartre du jardin, placer l'épouvatail, ect. Ce vebdredi, pas le temps de papoter, au jardin !

DSC_0016On a calé l'hôtel à insectes dans le jardin. Il faut donc le regarnir. Ce que les petits se font un plaisir de faire.

DSC_0037Au passage, on pose sur les parois les petits panneaux peints par les enfants.

DSC_0038Chaque enfant choisit où poser son panneau.

DSC_0042Puis, on cloue les parois de la chambre aux papillons décorée par Luna.

DSC_0060Chaque chambre est décorée.

DSC_0079Lou est très forte pour clouer, même sur des petites largeurs.

DSC_0086Voilà l'hôtel prêt à accueillir ses invités. Pour les insectes qui ignoreraient le principe de cet hôtel, on a posé un panneau les invitant à pénétrer en toute confiance dans les chambres.

DSC_0006Pendant ce temps, les grands écrivent la chartre du jardin.

DSC_0036D'abord on détaille ce qu'il est interdit de faire dans le jardin.

DSC_0061Puis on écrit ce qu'il autorisé -voire même conseillé- de faire.

DSC_0009Puis, les plus jeunes dessinent autour des mots : les règles sont plus douces à respecter lorsqu'elles sont joliment présentées.

DSC_0100En effet, ça ne ressemble pas à des contraintes ou à des interdits : on dirait un poème !

DSC_0088D'un seul coup, apparait dans la jardin un étrange pesonnage. On dirait qu'il a 4 bras et autant de jambes ?

DSC_0091C'est Renaud, le ferronnier qui apporte aux enfants leur épouvantail à rien.

DSC_0107Auusitôt, on immortalise ce moment : toute la classe pose avec Renaud et son oeuvre.

DSC_0110Oeuvre d'art s'il en est, l'épouvantail à rien a même une fleur à la main dans laquelle les enfants pourront mettre des graines pour les oiseaux.

DSC_0096D'ailleurs, il a déjà un oiseau sur l'épaule. Celui-là même que les enfants ont vu naître la semaine dernière sous les coups de marteau de maître Renaud.

DSC_0092Grande discussion au sujet de l'emplacement de mister x.

DSC_0094Aussitôt choisit, le lieu est creusé par des volontaires enthousiastes. Il ne restes plus qu'à couler le ciment et mister x sera en place.

DSC_0012Après le repas, Dominique s'installe pour poncer des tranches de cades qu'elles a coupées.

DSC_0084Sur chaque tronçon de bois, chaque enfant grave au pyrograveur son prénom.

DSC_0104Tous ces petits panneaux vont ensuite décorer l'épouvantail.

DSC_0040Pendant ce temps, les grands creusent un trou sous le robinet.

DSC_0077Ensuite, ils le remplissent de gravier. Il était temps, les séances d'arrosage avaient tendance à transformer cette partie du jardin en marécage gadouilleux.

DSC_0020Caché derrière les fraisiers, Joe (ou Josette) observe avec méfiance toute cette effervescence dans Son jardin.

DSC_0055Même les lézards se cachent : trop de bruits et de mouvements.

DSC_0085Pourtant, tout le monde vous aime ici. La preuve : les enfants ont mis un tas de pierre en bas de l'ôtel à insectes pour les lézards et Céline et Lou ont dessiné un panneau de bienvenue pour Joe et Josette.

DSC_0080Les enfants finissent en décorant le jardin avec leurs oeuvres en terre et les poteries de Nathalie.

DSC_0083Pablo colle un escargot en terre cuite sur l'hôtel à insectes.

DSC_0119De leur côté, les petits collent leurs galets peints sur la spirale.

DSC_0136Ils décident ensuite de l'endroit où poser la baignoire à oiseaux et les mangeoires en terre.

DSC_0024Dans la classe, les enfants collent les lettres qu'ils ont modelées et peintes. Une fois toutes les lettres clouées, le panneau du jardin de l'école est prêt à être posé.

DSC_0071Chaque enfant colle Sa lettre.

DSC_0073Le résultat est celui escompté : un panneau aux mille couleurs pour un jerdin aux mille couleurs !

DSC_0133Pour voir le résultat, venez à la fête de l'école mardi 24 juin, dès 17h00. Après une visite guidée du jardin et son inauguration officielle, tout le monde est convié à un repas convivial suivi d'une soirée dansante type "baleti".

Venez enrichir la biodiversité de St Laurent le minier, le temps d'une soirée !

A mardi !

 

23 juin 2014

Le jardin de l'école de St Laurent le minier, chapître 12

Ce vendredi, toute l'école est allée chez Renaud, le ferronnier du village. En effet, Renaud a proposé de participer à l'élaboration du jardin de l'école en construisant un épouvantail à rien.

Un épouvantail à rien est un épouvantail qui n'épouvante rien du tout. Au cointraire, il sert à attirer les animaux dans le jardin. Il n'est donc pas question de faire peur aux oiseaux, mais plutôt de les inviter à venir participer à enrichir la biodiversité animale du jardin.

Cet épouvantail devrait donc s'appeler un attirail ! Drôle de nom.. On a donc proposé aux enfants de chercher un nom pour ce nouvel habitant de leur jardin. Suspens...

Bref, nous nous sommes tous retrouvés chez Renaud pour assister à la naissance de Mr x. 

Renaud avait déjà préparé les jambes.Il restait à faire les bras et la tête.

DSC_0116Renaud nous acceuille dans son atelier.

DSC_0124Présentation du dessin du futur épouvantail à rien.

DSC_0172Renaud allume le feu de sa forge.

DSC_0125Présentation de l'enclume sur laquelle il va travailler devant les enfants.

DSC_0140Le fer est chauffé à blanc.

DSC_0143Puis, il est frappé sur l'enclume.

DSC_0146Renaud l'applati avec son marteau.

DSC_0148renaud fait une pause et explique comment il organise son travail.

DSC_0156

DSC_0164Puis il coupe en deux le bras incandescent.

DSC_0181La premeir bras est fini. Maintenant, il faut faire le deuxième à l'identique. Pas évident : le copier/coller n'esiste pas pour les artisans et encore moins pour les artistes !

DSC_0201Pendnat ce temps, certains explore cet univers étrange où le métal domine. Qu'est-ce qui peut bien se cacher dans ce tube ?

DSC_0204Puis, Renaud entreprend la fabrication d'un oiseau qu'il posera sur l'épaule de l'épouvantail.

DSC_0208L'artiste au travail.

DSC_0225Et l'oiseau prend forme sous les yeux admiratifs des enfants.

DSC_0227Et voilà la silhouette d'un oiseau. Les enfnats pensent que c'est un Pic vert. Pourquoi pas ? Voilà qui va enrichir la biodiversité du jardin...

Un grand merci à renaud et à Chantan pour leur accueil et pour ce bel épouvantail.

On se reverra avec joie lors de la fête de l'école, mardi 24 juin.

16 juin 2014

Le jardin de l’école de St Laurent le minier, chapitre 11

C'est bientôt la fête de l'école !

C’est Noël avant l’heure pour Joe et Josette. Non pas qu’il pleuve. Mais aujourd’hui, les enfants vont poser le bassin pour les crapauds du jardin. Avec le secret espoir que cette petite mare artificielle de remplira un jour de têtards. Cela promet de passionnantes heures d’observation et de découverte !

Autre moment fort de la journée : la réalisation des cartons d’invitation pour les parents et les amis des enfants de l’école de St Laurent le minier. Avec Amandine, les enfants vont fabriquer leur propre peinture sous la forme de teintures végétales. C’est pourquoi ils sont venus ce matin avec des sacs de pétales de fleurs, du curry et d’autres ingrédients sans rapport apparent avec le dessin.

Pour les artistes, un atelier de peinture attend les enfants qui veulent bien décorer l’hôtel à insectes qu’ils viennent juste de finir.

Commençons par le bassin car Joe et Josette s'impatientent !

bassin creuseUne fois l'emplacement choisit, Souan creuse le trou pour le bassin.

bassin dort dedansPendant que certains pelletent la terre, d'autres (un autre) testent le bassin. Selon le témoige de l'intéressé :"Confortable, les crapauds vont adorer".

bassin poseOn teste la profondeur du trou.

bassin jutePuis on entoure le bassin de toile de jute pour le rendre rugueux et ainsi éviter d'éventuelles noyades. 

bassin eauEnsuite, tous les enfnats participent à la "mise en eau" du bassin.

bassin gravierDominique verse un sac de gravier pour stabiliser la toile en profondeur.

bassin stipaEnsuite, il ne reste plus qu'à décorer ses abords avec des stipas généreusement donnés par la pépinière Caribent de St Bauzille de Putois. Merci, les enfants ont trouvé "très joli" le résultat final.

bassin finiLes enfants ont même posé un petit pont pour le passage des animaux. Joe et Josette devraient être satisfaits.

Continuons par l'atelier de peinture. Les enfants ont dessiné sur des petites plaquettes en bois les insectes qui habiteront l'hôtel. Certains se sont servis de modèles tandis que d'autres laissent leur imagination guider leur main d'artiste. Le résultat présente des similitudes avec l'exobiologie, science sérieuse s'il en est.

hotel papillonsLuna dessine de jolis papillons sur le mur de la chambre à papillons.

hotel guêpeTandis que Lou dessine une guêpe très réaliste pour les roseaux.

hotelUn insecte inconnu d'henri Fabre. Mais qu'importe. L'hôtel ouvre ses portes à tous, sans discrimination d'existence.

hotel deux insectesEncore deux autres insectes pour l'hôtel. Difficiles à reconnaître, même avec un guide. De toute façon, il paraît qu'il existe sur terre environ 1 million d'insectes et encore au moins autant à découvrir. Ces recherches constituent même une science à part entière : la cryptozoologie. Donc, quel que soit l'insecte dessiné par les enfants, personne ne peut assurer qu'il n'existe pas. Il n'a simplement pas encore été découvert. Question de préscience...

hotel dominique Dominique décore le panneau pour l'hôtel à insectes de quelques fleurs.

hotelUn insecte en gestation.

tout fini peintureEt voilà le résultat : de belles lettres de mille couleurs et des panneaux pour inviter les insectes à fréquenter l'hôtel.

Pour finir, voici les artistes du carton d'invitation à l'oeuvre.

teintveg présentatinPrésentation des ingrédients de base pour faire les teintures végétales. Au menu : curry, café et pétales de coquelicots.

teint veg choixLes enfants choisissent une base pour leur teinture.

teint écraseOn mélange avec du sel d'Alun et on écrase bien fort.

tinet écraseLes rois du pilon en action.

teint filtreUne fois le mélange bien écrasé, on filtre le jus obtenu. Chaque enfant a ainsi réalisé une couleur différente. Le tout forme une palette variée. Tout est prêt pour dessiner !

teint taoTao s'inspire de l'hôtel à insectes.

teint dessinTandis que Kenzy hésite entre deux sources d'inspiration : la spirale et l'escargot.

teint dessin mamanPendant ce temps, les filles font des déclaration d'amour à leur maman.

teint mamansLes coeurs fleurissent sur le papier.

teint ensembleL'atelier dessin. On discute, compare et échange les inspirations.

teint finieLe résultat. Chaque feuille va agrémenter les cartons d'invitation pour les parents et tous les invités pour la fête de l'école qui aura lieu mardi 24 juin à partir de 16h30.

Au programme :

16h30 : gôuter

17h00 : visite guidée du jardin et jeux sur les plantes

18h15 : petit concert de guitare par les élèves

18h45 : bal folklorique

19h30 : repas en musique (pensez à réserver : 8 €)

 

 

 

 

 


14 juin 2014

Le jardin de l’école de St Laurent le minier, chapitre 10

Aujourd’hui,  il est question de petits joueurs de flûtes, de citrouilles, de postérité, de pommes de pin et de mille couleurs, bien sûr !

pasjap fini

Concernant les petits jureurs de flûtes, nous n’avions pas du tout prévu que garnir l’hôtel à insectes serait une source d’inspiration musicale. Mais on sous-estime souvent le pouvoir d’imagination et la force créatrice des enfants. Donc, les enfants ont garni l’hôtel à insectes qu’ils avaient construit la semaine dernière. Ils ont garni les chambres pour les papillons, les coccinelles, les syrphes et autres petites bébêtes utiles au jardinier et surtout au jardin.

Pendant ce temps, un autre groupe a enfin garni la spirale de plants divers et a réservé un coin du jardin aux cucurbitacées en théorie mûres pour la rentrée prochaine.

Chaque enfant a également posé autour de la spirale son pas japonais personnalisé et a participé à colorer les lettres du nom du jardin cuites à point dans le four de Nathalie, la sympathique potière de Notre Dame de Londres.

 On commence donc par le garnissage de l'hôtel à insectes. 

hotel papillonsPrésentation des planches qui vont filtrer les habitants de l'hôtel. En voici une percée d'entailles oblongues. Mais quels insectes sont censés s'introduire par ces fentes ? Réponse lors de la fête de l'école, mardi 24 juin. A partir de 17h00, les enfants organisent des visites guidées de leur jardin pour tous les habitants du village... et les autres aussi.

hotel trousEt cette planche percées d'une multitude de petits trous, quelles minuscules petites bébêtes vont les franchir pour profiter de la litière de paille posée à l'intérieur ?

hotel coccinellesQuand à cette série de planches parallèles, elles sont prévues pour loger des petits insectes à points rouges et qui portent bonheur, paraît-il.

hotel pommes de pinEt ces pommes de pins, à quoi vont-elles servir dans cet hôtel décidément pas comme les autres.

hotel clocheFabrication d'une cloche à perce-oreilles (qui n'ont jamais percé la moindre oreille).

hotel pose clochePose de la cloche qui sonne l'heure de la biodoversité.

hotel curieux comme unu insecteCurieux comme des insectes en quête de logement : comment résister à la tentation de regarder dans chaque trou de la brique ; des fois que s'y cacherait un insecte bizarre ou une grosse araignée velue à souhait...

hotel casse briqueLe moment le plus amusant : la brique à trou est trop longue. Il faut la casser en deux. Chacun à droit à un coup de marteau. C'est Eléa qui a l'honneur de voir la brique céder sous ses coups.

hotal pose de la derrni(re briqueEt c'est Luna qui la pose dans l'Hôtel.

hotel clouePendant ce temps, Arthur cloue la porte de la chambre aux papillons.

hotel pose papollonDécouverte des roseaux. D'abord on les enfile pour faire des longues pailles.

hotel flutesPuis on souffle dedans pour faire de la musique.

hotel joueuse de fluteBientôt, c'est un concert de flutistes qui résonne dans la cour. Les insectes attendront.

hotel en remplissageMais on n'oublie pas les insectes et tous les enfants garnissent les chambres de l'hôtel avec les branchages, les pommes de pins, les bûches à trous, les roseaux et la paille.

hotel paille voleEn parlant de paille, une question : s'agit-il d'un enfant espiègle qui joue ou d'une expérience d'aérodynamique pratiquée in situ ? Les deux : pour connaître le poids des choses, quoi de mieux que l'empirisme ludique ?

hotel réalisme des chosesMais la réalité des choses n'est pas toujours marrante....

hotel finiL'hôtel à insectes terminé, en attente d'être posé dans le jardin.

On continue avec les plantations. La spirale terminée n'attendait que cela : un peu de verdure dans ce monde de pierre et de terre.

plant capucineLes enfants choisissent parmi les fleurs et plantes aromatiques celles qu'ils veulent planter.

plants renifle mentheLe nez se rappelle ce que l'oeil a oublié : la menthe bouturée au mois d'Avril.

plants noha planteNoah en pleine action, sous le regard des copains.

plant quelle pression nohaQuelle pression : tout le monde est penché sur l'artiste du moment !

plants a deux c'est mieuxA deux, c'est mieux. Surtout  avec un copain de jardin.

plant capucinePlantation d'une capucine semée deux mois auparavant.

plants spirale bien garnieEt voilà le résultat : une spirale pleine de couleurs. Pas encore mille, mais on s'en rapproche petit à petit.

plants joyceA côté de la spirale, une bande de jardin devient un "parc à citrouilles".

plants papa aideAujurd'hui un papa est venu aider les enfants. C'est un agronome, aide précieuse donc! Ses conseils sont écoutés et suivis avec attention.

plants étiquette citruillePuis on pose les étiquettes peintes par Gabriel.

plants bordire pierrePuis, on délimite cet espace de culture "cucurbitacéenne". Les grands portent les pierres....

plants bordure pose pierre... tandis que les petits les posent. Le tout sous la surveillance de Souan.

plants pont crapaudsLes enfants ont pensé aux crapauds du jardin : Joe et Josette. ils ont fait un petit pont pour qu'ils puissent se promener partout dans le jardin.

plants corvée arrosageEt comme toujours, après avoir planté : corvée d'arrosage !

Et maintenant, place aux pas japonais. Le mois dernier, les enfants ont dessiné leur nom sur une pierre plate qu'ils ont également décorée. Maintenant, il est temps de les poser par terre autour de la spirale pour jalonner un chemin et guider les petits pieds comme les plus grands.

pas jap joyceJoyce porte "sa" pierre vers le jardin. Mais lourd est le poids de la postérité !

pas jap noah seulNoah prépare le sol pour "son" pas japonais.

pas jap a deux c'est mieuxEncore une fois, à deux c'est vraiment mieux. Surtout quand c'est Dominique l'institutrice qui donne un coup de main pour un coup de rateau.

pas jap pose slimanInstant crucial : Sliman pose "sa" pierre.

pas jap avec le tempsAvec le temps et les années, le chemin se garnira des pas japonais de tous les enfants de l'école de St Laurent le minier. D'ici une dizaine d'année, les noms de tous les élèves jalonneront les pas de leurs successeurs et de leurs propres enfants peut-être...

pas kap noah balaieAprès la,pose, un petit coup de balai pour enlever la terre. Place au suivant !

Les lettres façonnées dans la céramique par les enfants et cuites par Nathalie, la potière de Notre Dame de Londres étaient de retour à l'école. Les enfants ont donc pu les peindre de "mille couleurs".

ndj ensembleChaque enfant peint une lettre de la couleur de son choix.

ndj enfnatDe préférence, avec une couleur voyante et quoi de mieux que le doré ?

ndj escargot vertUn bel escargot vert "camouflage".

ndj finiEt voilà le résultat : encore quelques couleurs supplémentaires pour le "Jardin aux mille couleurs".

joeLe mot de la fin de cette matinée revient à Joe (ou Josette) : "Et le bassin que vous m'aviez promis, c'est pour aujourd'hui ou pour demain ?".

Pour demain Joe, promis !

 

07 juin 2014

Le jardin de l’école de St Laurent le minier, chapitre 9

virginieVirgine, notre photographe enfin révélée !

Aujourd’hui est un grand jour : nos compères dominicains ont enfin terminé la spirale! Il faut dire qu’elle possède une certaine ampleur. Car on ne fait pas les choses à moitié à St Laurent le minier, surtout quand il s’agit des enfants du village.

Autre moment fort de la matinée : les plants. Ce sol que les enfants ont d’abord analysé, puis bêché et amendé va enfin servir de support à des plantes et surtout à des fleurs. C’est quand même plus agréable de planter des fleurs que des salades ou du céleri. A ce sujet, j’espère que les parents ont bien fait leur devoir et préparé la vinaigrette. Car les salades plantées le mois dernier sont prêtes pour le grand sacrifice.  

Tandis que, côté jardin, l’honneur échut à la botanique, côté cour ce sont les petites bêtes qui ont mobilisé toute l’attention des enfants sous la forme d'un hôtel à insectes. Eux aussi sont invités à enrichir la biodiversité du jardin et participer à son bon fonctionnement. Car le jardinage biologique est un concept qui n’exclut aucune forme de vie, si petite ou anodine soit-elle : les enfants sont bien placés pour le comprendre et l’accepter.

spirale domLes Dominique en plein travail : aujourd'hui, il faut finir la spirale. Pour une fois, c'est l'institutrice qui doit faire ses devoirs à temps !

spirale aideHeureusement que les enfants l'aident.

spiurale et trésorPendant ce temps, en arrière-plan, un groupe d'enfants s'affairent à... on ne sait quoi.

trésorAprès maints conciliabules secrets, les enfants révèlent avoir repéré des indices signalant la présence d'un trésor. Quelle fantastique découverte !

Hélas, après avoir creusé très profondément, la déconvenue fait place à l'euphorie. Mais, si nous avions voulu planter un arbre, le trou était fait. Dommage, il n'y a pas plus d'arbre que de trésor dans ce jardin.

plants en avant marchePendant que certains rêvent de fortune, d'autres marchent vers l'avenir d'un pas assuré : duement bottées et gantées, les filles vont planter pour demain.

plants bine ensembleSéance de bêchage collectif sous la direction d'Amandine et la surveillance stricte de Gabriel :  pour lui, outillage rime toujours avec sage.

plants pose bordurePuis, on pose de la bordure afin de bien délimiter l'espace réservé aux plants et interdits aux pieds, si petits soient-ils.

plants solEnsuite, chaque enfant s'empare d'un pot et choisit un bel emplacement pour sa plante.

pplants fillesA vos marques, prêts, plantez !

plant roseLe rose est décidément à l'honneur du coté des filles.

plant fleurC'est un déluge de légumes et de fleurs qui envahit le parterre.

plant nomEnsuite, les enfants préparent des étiquettes pour les poser à côté des plants.

plants étiquettes potNommer les choses et les êtres, c'est le début de toute connaissance.

plant colle étiquette sabriPour les légumes, Gabriel, notre peintre maison a préparé des petits panneaux peints que les enfants collent sur des piquets en bois.

plant colle étiqOn presse fort pour que l'étiquette colle bien au piquet.

plants étiq poireauEt voilà. Ainsi, on ne risque pas de confondre les poireaux et les oignons !

Maintenant, place aux insectes !

hotel débutDécouverte de la structure externe de l'hôtel à insectes que les enfants qualifient de "grand". Ainsi, il y aura de la place pour toutes les petites bêtes du jardin. Merci à Olivier pour nous avoir préparé cette belle armature.

hotel bateau fillesEt vogue la galère : les filles font voile vers la biodiversité, via le bricolage.

hotel étagère gabEn bricolage comme en jardinage, les outils se manipulent dans le calme et la précision.

hotel étagèrePetit à petit, Gabriel et les enfants montent les murs de l'hôtel qui prend forme.

hotel trous souanPendant ce temps, Souan fait des trous dans les bûches qui vont garnir l'hôtel. Ces trous forment les futurs lits des insectes. Autrement dit, pendant que certains montent les murs de l'hôtel, d'autres construisent les meubles des chambres. Quelle équipe !

hotel bûche trousVoilà des lits qui semblent bien douillets. Surtout si vous êtes un petit être à 6 patte et muni d'une ou deux paires d'ailes.

Mais la biodiversité ne concerne pas que les insectes et les oiseaux ne sont pas oubliés. Eux aussi vont contribuer à réguler les populations des animaux considérés comme étant plus ou moins désirables dans un jardin.

hotel huile de lilnLa mangoire et le nichoir fabriqués précédemment par les enfants sortent du placard pour subir un lifting "anti intempérie".

hotel huile de linAvec ardeur, les enfants badigeonnent généreusement (très généreusement même) leurs constructions avec de l'huile de lin.

hotel huile de lilnChacun y va de son coup de pinceau et la pluie ruissellera en vain sur les parois du nichoir et de la mangeoire !

hotel essai mangeoireAu passage, les enfants expérimentent le principe de la mangeoire à trémie avec un paquet de graines de tournesol.

grainesPendant ce temps, des petits oiseaux à deux pattes se sont subrepticement emparés de la boite de graines et ont fabriqué leur propre hôtel à insectes dans la jardinière de la cour. Avec fierté, ils montrent leur réalisation "sauvage" qui prouve que le concept de biodiversité au jardin est assimilé. Et c'est ça qui importe.

plant saladDernière étape du jour : la cueillette des salades.

plant saladeChaque enfant cherche "sa" salade avec son nom inscrit sur le galet.

salades gabDuement emballées, les salades partent avec leur propriétaire vers leur destin de salade : le saladier.

biodiAu passage, les enfants trouvent d'autres trésors que celui escompté au fond d'un trou : la biodiversité de leur jardin, promesse d'une longue lignée d'enfants jardiniers à St laurent le minier !

biodiversVer de terre ou escargot : tout est source d'émerveillement.

biodiversiMême les bestioles les plus minuscules sont observées et admirées : entre petites créatures, on se comprend toujours.

Bilan du jour :

hotel finiUN bel hôtel à insectes que les enfants garniront la semaine prochaine.

plants finiUn beau parterre de légumes et de fleurs bien étiqueté et un composteur qui attend sagement les restes des repas de la cantine.

spirale finieUne spirale terminée. Les enfants peuvent être fiers de leur institutrice et Marin de son père. Bravo pour le duo dominicain !

A vendredi prochain pour de nouvelles aventures jardinières.

 

01 juin 2014

Le jardin de l’école de St Laurent le minier, chapitre 8

Cet après-midi, les enfants ont commencé à fabriquer un herbier avec les plantes ramassées le matin dans le village.

herbier récolteLa récolte des enfants.

herbier montre amandinePour commencer, Amandine leur montre ce qu’est un herbier. Puis elle explique son pourquoi il est utile d’en faire un.

herbier livresQuelques beaux livres donnent envie aux enfants de créer eux-mêmes un bel herbier.

Aussitôt, chaque enfant s’empare d’une plante et commence par l’identifier. Il inscrit sur une étiquette son nom (i. e. sa famille), son prénom (c’est-à-dire son espèce). Chaque plante ainsi reconnue est replacée dans son contexte (l’endroit où elle a été cueillie). Comme ça, la prochaine fois qu’on en cherchera, on saura où la trouver (au bord de l’eau, dans un taillis, sous des arbres ou au contraire en plein soleil dans le champ). Pour finir, les enfants décrivent brièvement « leur » plante. Ce qui les familiarise avec le vocabulaire botanique -qui est presque une langue en soi. Puis ils la placent sur une feuille de papier journal avant de la mettre en presse et de laisser faire le temps, le complice indispensable de toute création.

herbier écritureDescription de la plante à l'aide d'un tableau.

herbier copieAvec un modèle, c'est plus facile.

herbier loupe montreDécouverte d'une dimension cachée : étamines, pétales, nervures, couleur, tout est indice pour trouver le nom de la plante. Les enfants se transforment alors en véritables Sherlock Holmes des herbes et des fleurs de leur village.

loupe styloL'art de détourner les objets de leur usage habituel est une source inépuisable de découvertes et de surprises. Voilà comment se développe la curiosité scientifique des enfants et la vocation de futurs botanistes (ou inventeurs de stylos ?). Le changement concerne le regard sur les choses, et non pas les choses en soi, paraît-il. Voilà qui nous promet des idées nouvelles pour demain...

herbier poseUne fois identifiée, la plante est délicatement posée sur une feuille.

herbier pressePuis, on utilise d'abord la presse manuelle : celle des petits biceps alimentée à l'énergie de l'enthousiasme des enfants.

herbier contentEt voilà le résultat : une belle page d'herbier et un enfant fier de son oeuvre.

Pendant ce temps, d’autres enfants construisent une mangeoire destinée à nourrir les oiseaux pendant l’hiver. D’abord, on se demande pourquoi mettre une mangeoire dans un jardin. Ensuite, on étudie le plan et les enfants apprennent le principe de la mangeoire à trémie. Puis, vient le moment de la fabrication. Déjà aguerris par la construction d’un nichoir, les enfants se lancent avec confiance dans l’étude du plan et dans la réalisation pratique. Mesurer, vérifier, tracer, scier, coller, clouer, assembler sont devenus des gestes familiers pour eux.

mangeoire planDécouverte du principe d'une mangeoire à trémie.

man,geoires sécuritéTrsè important : les règles de sécurité avec une tolérance zéro des infractions.

mangeoire mesureD'abord, on mesure et on trace les lignes.

mangeoire sciePuis, on scie doucement sous la stricte surveillance de l'animatrice.

mangeoire assemblePuis on assemble les planches entre elles avec la colle et les clous.

mangoire finieEt voilà le résultat, une belle mangeoire pour les oiseaux du jardin de l'école.

Pendant ce temps, tout au long de l’après-midi, les « Dominique » continuent de monter la spirale avec l’aide des enfants. Certains d'entre eux se sont découvert une véritable passion pour l’art de bâtir et un réel don dans le maniement de la truelle. Ils partagent leur enthousiasme avec nos spiraleux dominicains qui enseignent leur savoir-faire à ces apprentis-maçons du vendredi.

spirale continueLes grands participent avec ardeur au montage de leur spirale.

spirale aideLes Dominique ne manquent pas d'aide.

spirale presque finieLa spirale, presque terminée.

Pendant ce temps, les petits jouent avec les galets peints (par Gabriel) avec l’aide de Nathalie.

galets expoDécouverte des animaux peints sur les galets par Gabriel.

galets jeuLes enfants jouent au jeu des galets.

De leur côté, discrètement et en silence, les salades, les radis et les céleris poussent humblement cm par cm ; tandis que les timides fraises rougissent sous les feuilles qui les protègent du soleil et de la convoitise des gourmands.

jardin radisLes radis sont surveillés de près...

jardin fraisisrs... tandis que les fraisiers s'acclimatent bien...

jardin salades poussent...et que les salades étalent leurs feuilles de plus en plus charnues.

jardin plants poussentDe leur coté, les plants semés par les enfants poussent doucement.

 

Bref, ce fut une journée complète et bien remplie, et on espère enfin finir la spirale la prochaine fois.

A vendredi prochain.

24 mai 2014

Le jardin de l’école de St Laurent le minier, chapitre 7 et 8

Cette fois, on a délaissé le jardin de l'école au profit d'un plus vaste espace : le grand jardin de la nature. Toute l'école est donc partie explorer la faune et la flore des alentours du village.

troupe pret à partiDans la cour de l'école, la petite troupe est prête à partir vers de nouvelles aventures !

Le goûter en poche et les jambes alertes, les enfants ont cheminé vers le stade situé au bord de la rivière. On a pris le petit chemin au bord de la rivière. Notre vaillante petite troupe a d'abord observé quelques poissons indifférents au babillage des enfants.

poissonsLe tranquille ballet des poissons dans la rivière.

sur le cheminEn route vers le stade et le champ.

soumyia en formeSoumiya est en pleine forme !

menu du jourArrivée sur les lieux, Amandine explique aux enfants leur mission pour la journée. Au programme : un peu de science saupoudrée de connaissances et agrémentée de création artistique. Le tout servi à la célèbre sauce "respect du vivant".

le champ des rechehrhcLe champ des recherches.

loupeArmés d’une loupe, tous les enfants partent à la recherche des trésors de la nature.

Au menu : reconnaissance des plantes et cueillette sélective pour faire un herbier, capture et observation de toutes les petites bêtes qui passeront à portée des mains des enfants et création de tableaux végétaux.

Les plantes d’abord. Les enfants ont reçu pour mission de retrouver certaines plantes décrites sous forme de rébus ou de charades. Armés de critères morphologiques déterminants, ils parcourent alors la prairie à la recherche de LA plante. C’estt à celui qui la trouvera en premier. Gloire toute scientifique, sans autre récompense que les félicitations d’Amandine et l’admiration -légèrement envieuse- des autres enfants. Au fur et à mesure que les plantes sont trouvées, les enfants découvrent les différences fondamentales qui séparent les végétaux en familles. Car comme nous, les plantes se regroupent en familles avec des individus qui se ressemblent sans être tout à fait identiques. Un peu comme le jeu des 7 (et plus) familles en grandeur nature !

loupe feuilleL'observation est la base du naturaliste amateur.

plantes cherhcheA la recherche de la plante rare. Qui la trouvera en premier ?

plantes herbe devient plantesQuand on regarde bien la nature, la moindre feuille et le moindre brin d'herbe devient "une plante" avec un prénom, un nom et une histoire.

Pendant ce temps, les petits recueillaient de jolies fleurs pour constituer l’herbier et faire leur tableau végétal. Au passage, ils ont découvert toutes sortes d’insectes attirés par le nectar de ces belles éphémères du printemps.

sliman coupe fleurSliman coupe avec beaucoup d'attention une silène.

petits coupe plantesLe banal talus devient une mine de trésor botanique.

plantes tableau vegChaque enfant confectionne son tableau végétal.

plantes tableau vegeLes fleurs sont à l'honneur.

seau feuilllesLa récolte pour faire l'herbier semble bonne.

Ensuite, les insectes. Les enfants ont reçu pour mission de chercher toutes sortes de petites bêtes. Ils ont alors fouillé avec enthousiasme les hautes herbes, gratté le sol, inspecté à la loupe les feuilles des arbres, scruté la moindre fleur et guetté tout ce qui volait à portée de filet.

insect araignée blUne belle araignée attrapée après une course-poursuite à travers les hautres herbes.

insectes bizarreUn criquet : assez difficile à attraper pour cause de rebonds intempestifs !

insectes criquetLes petits ont trouvé une punaise pudique. Drôle de nom. On se demande qui l'a appelé ainsi et pourquoi...

insectes devinet inetrresanLe moindre insecte devient un mystère à élucider : comment s'appelle-t-il ?

insecte cherhche livreOn consulte alors le guide et on compare l'insecte trouvé à ceux dessinés sur le livre. Les débats s'engagent et finalement, les enfants décident à l'unanimité avoir attrapé un Azuré de la Bugrane.

insectes cherhce livreUn autre papillon est identifié comme étant un Grand collier argenté.

insecte dessinChaque insecte est -en théorie-  répertorié et dessiné.

insectes solOn trouve des insectes en grattant le sol...

insectes herbes... en fauchant les herbes avec un filet...

insecte course papillon... ou en courant après avec un filet et beaucoup d'espoir. Mais à cet âge, on n'en manque jamais...

plant et insectes

Botanistes ou entomologistes, même objectif : mieux connaître la nature pour mieux la protéger.

Pendant ce temps, loin des cris et des courses des enfants, Dominique propose à tour de rôle et à ceux qui le veuent, d’écouter les oiseaux chanter au loin (ceux qui habitent les alentours du champ ont momentanément migré vers des cieux moins bruyants).

oiseaux noahDominique montre à Noah comment se servir de l'amplificateur de sons.

oiseauc jumellesTandis que Soumiya enseigne l'art de regarder avec les jumelles. Mais les martinets volent très vite et ne sont pas facile à suivre.

chemin retourDe retour vers l’école, les enfants ont l’occasion de cueillir quelques dernières plantes pour leur herbier avant de prendre un repas mérité.

La journée continue cet après-midi avec la confection d'un herbier, la construction d'une mangeoire à oiseaux pour le jardin et, bien, sûr, notre vaillante paire de Dominique vont continuer à ériger la spirale du jardin de l'école.

A cet après-midi !

 

29 avril 2014

Element terre, mon cher Watson !

 

BDJ14affiche-4

Watson est, avec Crick, le découvreur de la structure de l’ADN, le code génétique des êtres vivants.

C’est cette découverte -et d’autres avant et après- qui va nous faire comprendre deux choses très importantes : tous les êtres vivants de la planète possèdent la même structure génétique et tous les êtres vivants de la planète sont génétiquement différents. Nous sommes tous à la fois semblables et différents.  Semblables par la forme de nos gènes et différents par leur agencement.

Nous sommes donc tous parents. Avec le voisin, l’étranger, l’inconnu, mais aussi avec la grenouille qui croasse le soir dans la mare, avec le chat qui se prélasse sur le canapé et avec la coccinelle qui se régale des pucerons du rosier, et d’ailleurs avec ledit rosier, le chêne et le roseau.

Mais nous sommes tous différents car chaque être vivant possède sa propre structure génétique particulière. Ceux qui regardent « Les experts » le savent !

Cette découverte dit autre chose : nous sommes tous les enfants de la terre. Car avant la vie, il n’y avait que de la terre et des gaz plus ou moins délétères. Nous sommes donc pétris d’argile. Nos constituants sont des poussières de terre. Cette terre qui est alors non seulement notre planète mais aussi notre chair. L’homonymie des deux mots n’est pas un hasard : la Terre est notre berceau et la terre est notre mère à tous.

Après la chair vint le verbe, mais ça, c’est une autre histoire !

Venez donc fêter la terre à Aniane ce dimanche 4 mai avec Geotium et tous les autres participants de « Au bonheur des jardins » 2014.